Drogues illicites dans les Pays de la Loire. Baromètre de Santé publique France 2017

Date de publication :

Télécharger cette fiche

L’essentiel


Le cannabis reste la substance illicite la plus diffusée dans la population ligérienne : en 2017, 41 % des 18-64 ans déclarent avoir déjà expérimenté ce produit. Cette proportion atteint 55 % parmi les moins de 44 ans. Comme en France, l’expérimentation du cannabis n’a cessé de progresser dans la région entre 2005 et 2017.
Au-delà de l’expérimentation, les usages de cannabis ont diminué dans la région entre 2014 et 2017, inversant la tendance à la hausse observée entre 2010 et 2014. En 2017, 8,4 % des 18-64 ans déclarent avoir consommé du cannabis au moins une fois dans l’année, et 2,2 % rapportent un usage régulier (dix consommations ou plus au cours du dernier mois). Ces taux sont désormais inférieurs à la moyenne nationale.
Comme au niveau national, l’usage régulier de cannabis apparaît associé à la précocité de l’expérimentation. Parmi les moins de 40 ans ayant déjà expérimenté le cannabis, la proportion de consommateurs réguliers atteint 25 % chez les personnes qui ont consommé du cannabis pour la première fois avant 15 ans contre 5 % chez ceux pour lesquels cette expérimentation a eu lieu après 15 ans.
Parmi les usagers réguliers de cannabis, la polyconsommation de produits est relativement fréquente : plus de 85 % sont fumeurs quotidiens de tabac et environ un tiers ont une consommation régulière d’alcool. Environ 30 % d’entre eux cumulent consommation régulière de tabac et d’alcool.
Les consommateurs de cannabis sont le plus souvent des hommes et appartiennent aux jeunes générations. Le taux d’usagers réguliers de cannabis est en effet quatre à cinq fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes, et près de deux fois plus élevé chez les 18-34 ans que chez les 35-64 ans. 17 % des 18-34 ans déclarent ainsi au moins un usage de cannabis au cours de l’année et 3 % un usage régulier au cours des trente derniers jours.
Si l’expérimentation du cannabis est plus souvent déclarée en 2017 par les personnes ayant un niveau supérieur au baccalauréat, l’usage régulier du cannabis apparaît par contre dans la région plus fréquent parmi les catégories socioprofessionnelles les moins favorisées (ouvriers, employés, agriculteurs exploitants).
L’usage de cannabis peut avoir des conséquences négatives sur le plan social ou sanitaire, pour l’usager lui-même ou pour son entourage. Selon l’échelle Cast, 1,5 % des Ligériens de 18-64 ans présenteraient un risque élevé d’usage problématique du cannabis, soit un taux inférieur à la moyenne nationale (2,8 %). Une part importante de ces usagers à risque sont par ailleurs concernés par des usages problématiques de tabac et/ou d’alcool.
La consommation des autres drogues illicites1 reste nettement moins fréquente que celle du cannabis : 8 % des 18-64 ans déclarent en avoir déjà consommé au moins une fois au cours de la vie. Cette expérimentation apparaît plus élevée parmi les jeunes générations : sa fréquence atteint ainsi 10 % chez les 18-34 ans.
L’ecstasy/MDMA, les champignons hallucinogènes et la cocaïne restent les plus expérimentés (environ 4 à 5 %). Leur usage dans l’année demeure rare (0,1 à 1,2 % selon les produits).

Quid

Auteur
ORS Pays de la Loire
Financement
Agence régionale de santé Pays de la Loire
Citation suggérée
ORS Pays de la Loire. (2019). Drogues illicites dans les Pays de la Loire. Résultats du Baromètre de Santé publique France 2017. #3. 20 p.

L’ORS Pays de la Loire autorise l’utilisation et la reproduction des résultats de cette étude sous réserve de la mention des sources des données utilisées et de leur analyse par l’ORS.
ORS Pays de la Loire • Tél. 02 51 86 05 60 • accueil@orspaysdelaloire.com